Pour une ville “Jeunes admis” et une politique concertée avec les jeunes de notre ville

Question des conseiller.e.s introduite par Mmes Christine Halut et Romane Marchal, conseillères communales Ecolo, lors du Conseil communal en sa séance du 16 mai 2019

Madame la Présidente,

Monsieur le Bourgmestre,

Mesdames, Messieurs les Echevins,

Chers collègues,

(CH) Suite à un débat lors du conseil communal du 25 avril dernier, il nous est apparu important de reparler de la question des jeunes, au-delà des quais de la Sambre, et de leur place au sein de notre Ville. Ces récents échanges nous interrogent sur la place des jeunes en ville. Notre Ville est-elle suffisamment adaptée aux jeunes en matière d’espace public ?

Pour notre groupe, c’est très clair, il est essentiel de mettre en place des propositions d’aménagement de lieux appropriés pour les jeunes et d’élaborer, avec eux, une politique locale participative.

 

D’une part, pouvez-vous nous indiquer des propositions et des projets de la Ville en d’aménagements de lieux appropriés pour les jeunes ?

Quelles sont les perspectives par rapport au pôle jeunesse ? La Ville a-t-elle bien l’intention d’investir ce projet, notamment en saisissant les opportunités potentielles telles que les appels à projets de la Fédération Wallonie-Bruxelles ou du niveau européen ?

La parole passe à Romane Marchal qui poursuit

D’autre part, une politique jeunesse concentrée sur les aspirations et le vécu des jeunes est une ressource dans la politique communale. Et aujourd’hui, de plus en plus de jeunes ont une réelle volonté de pouvoir s’impliquer dans les décisions qui les concernent. Une démarche participative permet en effet d’enrichir le débat mais également de diversifier les points de vue et d’identifier quels sont les réels besoins en l’occurrence des jeunes namurois. C’est donc dans cet optique de participation citoyenne que l’on retrouve dans la déclaration de politique communale « Nous souhaitons poursuivre une politique de jeunesse par et pour les jeunes, notamment au travers du Conseil des jeunes namurois ». Avec le groupe Ecolo nous estimons que cela doit notamment être le cas en matière d’aménagement de l’espace public.

A ce titre, mes questions sont donc les suivantes :

Pouvons-nous associer le regard des jeunes à la réalisation de grands projets urbains présents et futurs au sein de notre Ville ? Je pense, à titre d’exemples, au projet des casernes ou l’esplanade de la Citadelle.
De quelle manière comptez-vous travailler avec le conseil des jeunes et renforcer son rôle dans la politique de la ville, notamment en matière de place dans l’espace public ?
D’ores et déjà merci des réponses que vous pourrez nous apporter.

Christine Halut et Romane Marchal,

Conseillères Ecolo